Photo: Valérian Mazataud Le Devoir La mairesse de Montréal, Valérie Plante, était du groupe qui s’est jeté dans le fleuve, mardi, pour le Grand Splash.

Grand Splash: Valérie Plante se jette à l’eau, mais ne se mouille pas

Source: https://www.ledevoir.com/politique/montreal/531633/valerie-plante-se-jette-a-l-eau

Auteure: Jeanne Corriveau

En pleine canicule, la mairesse Valérie Plante s’est jetée dans les eaux du fleuve Saint-Laurent mardi matin à l’occasion du Grand Splash annuel dans le Vieux-Port. Organisée depuis 2003, cette baignade collective qui vise à revendiquer un meilleur accès aux rives à Montréal rappelle combien il est parfois difficile de retrouver les plages que l’industrialisation et la pollution ont fait disparaître.

Deux projets de plage devraient se concrétiser dans les prochaines années, malgré quelques retards. Les aménagements terrestres de la plage de Verdun sont presque terminés, mais il reste des travaux à faire dans le fleuve. « Il nous manquait une autorisation pour travailler en littoral. On doit construire une cuvette pour retenir le sable afin qu’il ne soit pas emporté dans le courant », a indiqué le maire de Verdun, Jean-François Parenteau. L’élu s’attend toutefois à ce que la Ville obtienne le feu vert du ministère de l’Environnement au mois d’août pour une inauguration de la plage en 2019. Cette plage devrait pouvoir accueillir quelque 400 baigneurs lorsqu’elle sera surveillée.

Dans l’est de l’île, le projet de plage dans le quartier Pointe-aux-Trembles s’est pour sa part heurté à plusieurs obstacles. Des aménagements en rive ont été réalisés, mais une contamination des sédiments rend nécessaires d’autres travaux. « C’était autrefois une marina. Ça fait partie de l’historique du lieu et il faut corriger la situation avant de permettre aux gens de se baigner », a expliqué la mairesse de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau.

Plusieurs solutions sont envisagées, soit retirer les sédiments contaminés ou recouvrir la section problématique. Mais selon Chantal Rouleau, cette découverte ne compromet pas la réalisation de la plage. « La qualité de l’eau est bonne. Huit fois sur dix, on peut se baigner, soutient-elle. On est plus habitués au Québec à fermer des plages qu’à en ouvrir. Il y a toutes sortes de contraintes. Mais on a le droit d’avoir un fleuve de qualité. »

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir
Des citoyens qui veulent avoir accès au fleuve participent depuis 2003 au Grand Splash. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, les accompagnait mardi.

La mairesse Rouleau est aussi candidate dans Pointe-aux-Trembles pour la Coalition avenir Québec (CAQ) en prévision de l’élection provinciale de l’automne. Et son chef, François Legault, a fait savoir mardi que s’il était porté au pouvoir, son gouvernement financerait ces travaux de décontamination dont les coûts sont estimés de 4 à 5 millions.

Quant au bain portuaire dans le Vieux-Port, le projet est toujours étudié par la Ville. La mairesse Plante, qui en avait fait une promesse électorale l’an dernier, a laissé entendre mardi que s’il ne pouvait se réaliser dans le Vieux-Port, d’autres sites pourraient être envisagés.

Directeur du Jour de la Terre et organisateur du Grand Splash, Pierre Lussier continue de croire que le site choisi, le quai de l’Horloge, n’est pas idéal et que le quai Jacques-Cartier serait plus approprié.

Les plages disparues

Montréal comptait plus d’une cinquantaine de plages dans les années 1950, mais elles ont disparu l’une après l’autre. À leur fermeture, des terrains en bordure de l’eau ont été vendus pour permettre des projets de construction. « Et les gens ont cessé de regarder le fleuve et les cours d’eau parce que c’était considéré comme dangereux », signale Sylvie Bibeau, directrice générale du Comité ZIP Jacques-Cartier.

À l’heure actuelle, l’île de Montréal compte trois plages : deux au Cap-Saint-Jacques et une au Bois-de-l’Île-Bizard.

En revanche, la qualité de l’eau autour de Montréal s’est grandement améliorée au cours des dernières décennies. La construction de l’usine Jean R. Marcotte a permis, à partir de 1996, de traiter les eaux usées de l’ensemble de l’île de Montréal, rappelle Sylvie Bibeau.

Le phénomène des surverses reste cependant présent à Montréal, comme dans de nombreuses villes au Québec, et ces rejets d’eaux usées nuisent périodiquement à la qualité de l’eau. Des cas de raccordements inversés persistent aussi dans le réseau souterrain sur l’île de Montréal. Il s’agit d’une inversion dans la connexion des conduites qui fait en sorte que les eaux usées se retrouvent dans l’égout pluvial pour ensuite être rejetées dans les cours d’eau.

Les secteurs au passé industriel, comme l’est de l’île de Montréal, ont également un lourd héritage. « À partir du port de Montréal, il y a un historique de contamination. Entre 1920 à 1970, les usines pétrochimiques rejetaient [leurs eaux usées] directement dans le fleuve », souligne Mme Bibeau.

Mais selon elle, cet héritage ne doit pas freiner la création de nouveaux lieux de baignade. « La population de Montréal a autant le droit de se baigner que les gens qui demeurent sur le bord d’un lac. Je pense qu’il faut redonner ce fleuve aux citoyens. Plus on pourra en faire, mieux ce sera. Je crois que c’est important d’investir de l’argent là-dedans. »

D’autres projets de plage pourraient se réaliser sur un échéancier plus éloigné. Mme Bibeau mentionne le cas du parc de la promenade Bellerive, dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, où un projet de plage a fait l’objet de discussions avec les autorités municipales.

79edd1726096340aaaee61258a3eecb8 (1) (3)

Valérie Plante saute dans le fleuve à l’occasion du Grand Splash

Source: https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201807/03/01-5188070-valerie-plante-saute-dans-le-fleuve-a-loccasion-du-grand-splash.php

Auteur: La Presse

Des dizaines de personnes ont sauté dans le fleuve Saint-Laurent à 8h, ce mardi matin, au quai Jacques-Cartier du Vieux-Port de Montréal. L’objectif ? Promouvoir un meilleur accès de la population au fleuve et à ses berges. Et la mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’est mouillée pour l’occasion.

L’événement annuel, appelé Grand Splash, est organisé par le regroupement Montréal baignade. Il vise aussi à encourager une meilleure qualité de l’eau et l’aménagement d’un plus grand nombre de plages dans la région de Montréal.

Valérie Plante a dit sauter dans le fleuve depuis quatre ans, son rôle évoluant de conseillère à mairesse.

Les organisateurs rappellent que, contrairement à une croyance populaire, l’eau du fleuve Saint-Laurent est propice à la baignade à plusieurs endroits, mais que ce sont les accès qui posent problème.

– Avec La Presse canadienne

PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE
Valérie Plante, une fois dans le fleuve Saint-Laurent.

PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE
Valérie Plante a même sauté dans l’eau à plus d’une reprise.

image (58)

À l’eau!

Source: https://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/francois-cardinal/201307/19/01-4672487-a-leau.php

Auteur: François Cardinal

Montréal comptait jadis de nombreux accès aux berges. Puis la pollution a tout gâché, obligeant l’île à se replier sur elle-même et à tourner le dos à l’eau qui l’entoure.

Aujourd’hui, la tendance semble tranquillement vouloir s’inverser. Certains surfent derrière Habitat 67, d’autres font le tour de l’île en kayak, fréquentent la plage de l’Horloge ou pêchent sur glace dans le Vieux-Port.

Et pourtant, malgré ce désir manifeste de se rapprocher du littoral, malgré les milliards dépensés pour assainir le fleuve, malgré les belles promesses politiques, il est toujours impossible de se baigner en eau libre au coeur de Montréal. Incompréhensible.

Les participants au Grand splash nous l’ont rappelé de belle façon cette semaine en s’élançant dans les eaux du Vieux-Port comme ils le font annuellement depuis dix ans… dix ans de sensibilisation qui n’ont toutefois suscité la création d’aucun lieu de baignade!

À chaque élection, les candidats répètent à quel point il faut «redonner le fleuve» aux citoyens, mais une fois au pouvoir, ils se contentent de rappeler l’existence des plages du Cap-Saint-Jacques et du Bois de L’Île-Bizard. On est loin d’un accès central pour le plus grand nombre!

La qualité de l’eau est pourtant très bonne sur de bonnes portions du littoral. Les programmes d’assainissement ont permis une amélioration considérable de l’état de l’eau du fleuve. Et les canicules sont appelées à se multiplier.

On attend quoi, au juste?

Il y a bien, sur les tables à dessin, un beau projet de plage dans l’est de Montréal, en lieu et place de la marina Beaudoin, mais on est toujours loin des quartiers centraux. Quant à la Communauté métropolitaine, elle tente certes de raviver l’idée du parc-plage du projet Archipel, le long de la voie maritime, mais elle n’a même pas lancé ne serait qu’une étude de pré-préfaisabilité en ce sens.

Donc toujours rien de prévu à proximité du coeur de Montréal. Même si au moins deux projets réalistes pourraient réalistement voir le jour.

Projet Montréal suggère en effet d’aménager une plage de sable non loin de l’auditorium de Verdun, à deux pas du métro, sur les cendres de l’ancienne marina. Certains se baignent d’ailleurs déjà autour du quai, mais on n’y retrouve ni les infrastructures ni la surveillance nécessaire aux familles.

Autre idée intéressante, celle de Pierre Lussier, directeur du Jour de la Terre, qui propose de s’inspirer des Copenhagen Harbour Baths pour aménager un accès à l’eau dans le Vieux-Port. La capitale danoise s’est dotée en 2002 d’un grand quai de bois dans lequel ont été percés cinq bassins pour les baigneurs, une installation qui donne accès à l’eau libre tout en offrant le confort et la sécurité d’une piscine.

Intéressant! Cela permettrait de donner un second souffle au Vieux-Port, tout en permettant aux Montréalais de renouer avec les plaisirs de la villégiature riveraine d’antan. Un beau projet mêlant le passé et l’avenir de la métropole, idéal pour les festivités du 375e