Une trentaine de personnes ont sauté dans le fleuve Saint-Laurent, dans le Vieux-Port de Montréal, dans le cadre du Grand Splash, le 3 juillet.

Une trentaine de baigneurs réclament un accès aux eaux du Vieux-Port

Source: https://journalmetro.com/actualites/2663820/trentaine-baigneurs-reclament-acces-securitaire-vieux-port/

Auteur: François Lemieux

Une trentaine de personnes ont profité de la 15e édition du Grand Splash pour sauter à l’eau dans les eaux du Vieux-Port de Montréal, samedi matin. Le but de l’événement organisé par la Fondation Rivières, est de réclamer un accès public et sécuritaire à la baignade dans le bassin Jacques-Cartier. Plus de 200 personnes s’étaient inscrites pour l’activité, qui devait initialement avoir lieu samedi dernier, mais avait été reportée en raison de la pluie.

«On attendait plus de monde aujourd’hui, mais il faisait froid», rigole le directeur général de la Fondation Rivières, André Bélanger.

En temps normal, aucun accès sécuritaire n’est aménagé pour la baignade dans le secteur. La Fondation Rivières souhaite demander à la Société du Vieux-Port de Montréal d’ouvrir ses accès et d’ouvrir un bassin portuaire dans le bassin Jacques-Cartier.

Projet de bain portuaire

Un projet de bain portuaire a été dans les plans de la Ville de Montréal au cours des dernières années. Le projet devait prendre place au pied de la tour de l’Horloge et de la plage urbaine, soit à l’extérieur du territoire géré par la Société du Vieux-Port de Montréal. Mais ce plan a été abandonné à l’automne dernier.

La présence du courant du fleuve Saint-Laurent ainsi que les activités du port seraient à blâmer pour l’abandon du plan.

«En partant, c’était un projet qui était quasiment mort-né parce que c’était en plein dans le courant du fleuve. Il y avait des risques importants de glace flottantes qui auraient pu s’écraser. Il y avait aussi un scénario catastrophe qu’un bateau tombe en panne et vienne s’écraser contre le bain portuaire», soutient M. Bélanger.

Ce dernier avance que la qualité de l’eau dans le secteur ne poserait problème que lors d’épisodes de fortes pluies.

«Il y a eu des études à toutes les semaines depuis plus de 10 ans. Ils ont fait environ 350 échantillons. De ce nombre, il y en a à peu près 11 pour lesquels on a relevé des problèmes de qualité de l’eau. Essentiellement, ce qu’on constate, c’est qu’il y a des enjeux de qualité de l’eau lorsqu’il y a des fortes pluies dans un court laps de temps. En réalité, on aurait un bain portuaire ici et on le fermerait lorsqu’il y aurait de fortes pluies», précise-t-il.

Pour cette 15e édition du Grand Splash, des événements se déroulaient sur une semaine, du 26 juin au 4 juillet, non seulement dans le Vieux-Port de Montréal, mais aussi dans plusieurs municipalités du Québec, dont au Saguenay, à Trois-Rivières, Saint-Jérôme et à Québec.

«La question de l’accès [aux cours d’eau] est un enjeu national. Cette année est aussi l’occasion de célébrer la victoire de nos collègues de Québec qui ont obtenu du port de Québec de faire un bassin portuaire. Donc, Québec est en train de damer le pion à Montréal», croit M. Bélanger.

close

Plongez!

Rejoignez l'infolettre Grand Splash

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.